jeu. Juil 29th, 2021
    Ron Millow, jury Free TON

    Dans la revue des résultats du concours pour analyser l’efficacité du travail des juges de Free TON les travaux des vainqueurs et les principales propositions sur l’amélioration du jugement ont été examinés. Pour connaître l’opinion des juges eux-mêmes, nous avons demandé à Ron Millow (le directeur du développement commercial chez TON labs) d’exprimer son point de vue sur les problèmes et les perspectives du système de jugement Free TON.

    • Qu’en pensez-vous, quelle est la gravité du problème d’efficacité du jugement dans Free TON?

    Premièrement il faut déterminer de quel jury nous parlons. Je peux parler au nom du jury de la gouvernance globale. Chaque sous-gouvernance a sa propre histoire. Par exemple, la sous-gouvernance Analytics&Support a récemment enquêté sur un grave incident de fraude électoral pendant le vote dans la sous-gouvernance Web&Design. Ce sont des choses affreuses si cela s’avère vrai, pourtant il me semble que c’étaient juste des hypothèses basées sur des faits généraux et des analyses qui etaient «en noir et blanc ». L’apparition « des zones grises » a partiellement démystifié cette analyse. Quand il arrive quelque chose d’inacceptable, il faut le corriger immédiatement. Il me serait très difficile de se plonger dans l’analyse de chaque sous-gouvernance ici et maintenant, donc, je vais parler au nom de la gouvernance globale.

    À mon avis, l’évaluation de l’efficacité ou de son absence dépend de la façon dont on  comprend l’efficacité même et du point de vue sur ça. L’évaluation va fortement vers le côté du jury parce que l’on ne tient pas compte du fait que les gens se plaignent toujours. C’est inévitable.

    Il ne s’agit pas de problèmes sérieux avec le vote, il y en a certainement, cela ne fait aucun doute. Je doute simplement de l’ampleur et de la gravité de cette question. Je ressens que l’importance de problèmes est exagérée, probablement car il s’agit de l’argent.

    Je discuterais avec ceux qui voient un énorme problème dans le vote du point de vue de l’évaluation de leurs mérites. Pourraient-ils s’imaginer dans un monde irréel ou leurs travaux de concours auraient des évaluations méritées mais à la place de l’argent ils recevraient un prix d’honneur. Je conseillerais à ceux qui se plaignent de se demander s’ils ressentiront toujours la même chose. C’est une véritable pierre de touche de l’efficacité.

    Parallèlement des erreurs évidentes ont été faites, continuent d’être faites et doivent être livrées à la publicité. Mais il faut le faire dans l’intérêt d’améliorer la mécanique et non de « corriger » les fautes rétrospectivement. Ce n’est pas efficace. 

    Bref, je ne le prends pas au sérieux. C’est comme de dire que tout système ayant des essais et des erreurs est mauvais. Si c’était le cas nous n’aurions pas d’automobile, d’avion, d’ordinateur, d’Internet, de blockchain ou de toute autre chose qui a une valeur innovante.

    C’est un apprentissage et les écueils en font partie. Il n’y a aucun problème avec le procédé. Le seul problème est de le mettre à jour rapidement et efficacement. Les problèmes apparaissent et se résolvent face au défi. Cela veut dire qu’avancer et ne pas revenir en arrière justement amènera à la création du meilleur système.

    Pour résumer, il s’agit de meilleures pratiques dans le milieu qui n’a jamais été utilisé à telle ampleur. C’est l’histoire de Free TON. Je discuterais avec ceux qui affirment que les innovations déjà mentionnées, en particulier Free TON, sont “problématiques”. Beaucoup de gens ne comprennent pas comment un bond en avant se produit. A une telle échelle, tout sera toujours le résultat de tel ou tel procédé ou de l’ensemble des procédés qui composent le système en constante évolution. Cela exige un travail énorme qui comprend des hauts et des bas inévitables.

    Nous avons juste besoin du plus de membres de la communauté pour apporter des idées et des solutions. Les gens sont les gens. Le travail est le travail.

    • A votre avis quels sont les aspects faibles et controversés du système de jugement actuel?

    Le principal point faible c’est l’absence d’automatisation du procédé de vote en chaîne. Le mauvais jugement est le résultat direct du fait que le réseau n’a pas encore atteint la décentralisation automatique, c’est-à-dire, la gouvernance 2.0. Visiblement, nous allons toujours chercher à faire fonctionner tout à la perfection mais tant que les gens dans le monde entier ne pourront pas voter avec leurs tokens les problèmes resteront. Pour être efficace il nous faut rassembler les meilleures pratiques. Autrement dit, ces questions sont importantes et nécessaires. Nous collectons des méthodes avancées pour créer une Ferrari au monde où les chevaux et les calèches sont encore utilisés.

    En ce qui concerne les contradictions c’est très bien. Ils provoquent des débats qui attirent l’attention d’un large public suivi par la contribution au règlement des contradictions par des solutions (pour ainsi dire la roue qui grince obtient l’huile). Mais est-ce que ce n’est pas l’essentiel pour poser les questions et y répondre? Les contradictions à côté de la nécessité sont dues aux innovations et pour cela elles ne me gênent pas et je ne vais pas m’arrêter là. Je les accepte.

    Pensez également au fait que SMV (soft majority voting) est un élément important de gouvernance 2.0 qui bientôt sera prêt. Il va résoudre une bonne partie de ces problèmes quand le vote fera partie de smart contract.

    • Qu’en pensez-vous, quel doit être le système de jugement optimal dans Free TON?

    Je ne sais pas ce que vous voulez dire par optimal. Si vous voulez dire — la perfection — cela n’existe pas. Optimale c’est un désir constamment croissant et incessant vers “le mieux qu’avant”.

    A propos, même le système de gouvernance 2.0 ne peut pas être idéal. Les gens ont des imperfections, et aucun système ne peut être parfait. Mais si vous voulez dire par « optimal » ce qu’il y a de mieux ici et maintenant, a ce moment présent, alors la réponse soit suivante: il est optimal autant que possible pour l’instant. Demain il sera plus optimal, le lendemain encore plus, et encore.

    Qu’est-ce qui est optimal? La réponse — c’est quelque chose de différent, quelque chose de mieux. Il y a toujours de mieux — et le Free TON, et son système de vote. Mais demain ils seront encore mieux. 

    Pour l’instant nous faisons les choses sur le plan humain en optimisant le procédé en prenant en compte de retours d’information et des problèmes que vous avez abordé dans les deux premières questions. Tout comme dans le cas de la méthode scientifique, il est nécessaire de passer par les étapes de l’hypothèse vers la conclusion, et puis vers une nouvelle hypothèse. La voie longue nous attend. Comme on dit: « Il n’y a pas d’ascenseur pour réussir. Il faut monter l’escalier ». Tous les événements qui changent le monde sont basés sur ça. Tout le reste c’est des chiots, des chatons, des licornes et des arcs-en-ciel.

    • Est-ce qu’il est nécessaire de réformer le système de jugement existant? Que pensez-vous de ce qu’il faut changer?

    Faut-il le réformer? Oui. Il est constamment réformé. Mais je n’aime pas le mot “réformer” ici. Comme je l’ai déjà dit, il faut le développer.  L’essentiel est dans l’évolution du procédé de vote. 

    Le système de vote — je veux le souligner — fonctionne lui-même. Mais il est encore jeune. Apprenez à pleurer, à ramper, à marcher, à courir, à voler, apprenez à voler vers la Lune. Je ne veux pas vous bombarder de métaphores mais le fait est que ces métaphores sont applicables. Si nous allons estimer à quelle étape se trouve le vote je dirais que nous venons d’apprendre à marcher et en conséquence si le trottoir est couvert de glace et la nuit est sombre, on peut se casser les jambes. C’est inévitable. Pour atteindre la Lune, plus de gens doivent partager leurs know-how technologiques.

    En ce qui concerne les changements qu’il faut faire, j’ai déjà répondu:

    1. il est nécessaire de collecter et analyser l’expérience de pointe;
    2. à la base de ces bonnes pratiques à travers des concours les meilleures décisions seront proposées;
    3. les meilleures conceptions devraient être réalisées (notamment par les concours);
    4. faire les conclusions;
    5. répéter les étapes 1 à 4 a l’infini.

    En suivant cette voie, notre système finira par dépasser tout autre système  jamais inventé.

    • Pourriez-vous donner un exemple de concours où le jugement était au niveau supérieur? Pourquoi pensez-vous ça?

    Wow, c’est une très bonne question. Je ne peux pas parler des concours technologiques car je suis sûr que c’est probablement un ou plusieurs concours ayant l’orientation technique qui ont peut être rapporté les meilleurs résultats, surtout dans certains sous-groupes de gestion plus orientés vers la technologie. La raison est que la technologie certes a tendance à l’argumentation dans la plupart des cas à l’ensemble précis des paramètres et donc une solution est une solution. En ce qui concerne les concours qui donnent plus de références c’est-à-dire humanitaires ou publicitaires mais la recherche du meilleur est assez subjective. Quel est le meilleur mème? Quel gif est-il mieux? Quelle landing page est la meilleure?

    Quel essai est le mieux? Les concours pareils obligent les juges à s’investir. Tant que les exigences du concours se répondent au minimum, qui pourra dire qu’est ce qui est mieux? Dans la plupart des cas, il est nécessaire d’améliorer les exigences du concours et non les opinions à leur sujet.

    Dans les concours pareils sont utilisés les éléments culturels et personnels basés sur l’expérience acquise ainsi que sur les préjugés. La tentative de les « régulariser » entre en contradiction méthodologique avec le message principal de Free TON qui repose sur la liberté d’expression et le droit d’avoir son opinion.

    Dans un concours non-technique, excluant les non-respects possibles des exigences, le meilleur exemple de la demande réussie est celui que tout membre de jury considère comme le meilleur selon ses propres préférences. Il n’y a aucun moyen de le contrôler, et il ne doit pas exister! Les solutions uniques sont un système de vote meilleur et plus automatisé, plus de membres de jury, plus de concours. C’est une conception importante. J’aime le boudin. Il peut vous donner envie de vomir. Qui a raison? Nous avons tous les deux raison. De l’autre côté nous nous trompons tous les deux si chacun de nous insistera  sur le fait qu’il a plus raison que l’autre. C’est là que la pluralité des opinions entre en jeu.

    Cette question est basée sur le droit de choisir. Je ne veux pas me répéter mais le seul moyen de sélectionner des gagnants et de trouver le meilleur concours est de parvenir à la gouvernance 2.0 quand chaque personne sur la planète avec les TONs dans son porte-monnaie pourra voter. Ce n’est qu’alors que les véritables seront définis. 

    Quant à ma propre vision des choses sur le meilleur concours je répondrai que c’est chacun de ces concours, surtout ceux qui étaient considérés comme un échec total. Pourquoi? Pour la même raison que j’ai déjà mentionnée. Parce qu’ils enseignent.

    • Pourriez-vous donner un exemple de concours le plus discutable du côté des juges?  Pourquoi pensez-vous ça?

    Le plus discutable… euh. Question difficile.

    Si vous me mettiez un pistolet sur ma tête je dirais qu’il y avait une égalité entre le concours « Le héros virtuel » et le concours « La carte de vœux ». Je ne veux pas entrer dans les détails de l’échec du concours des cartes de vœux car tous les détails se discutent encore mais je vais commenter le concours des héros.

    La faute de suggestion:

    Ce n’est pas parce que quelqu’un a mal fait (techniquement) quelque chose, mais parce que,  même si les exigences étaient bien déterminées, il aurait peut-être été préférable d’accentuer l’essentiel de ce qu l’on attend des participants, et, peut-être, sous une forme plus courte et laconique. La différence des concours non-techniques qui sont conçus avec des éléments de divertissement est qu’ils doivent être courts et faciles à comprendre, avec un ou deux exigences principales bien pensées et présentées. Ce n’est pas facile mais quand la liste des exigences est présentée comme un contrat juridique avec 25 points, les gens réagissent naturellement – ils n’ont pas de temps pour les étudier et les analyser dans les moindres détails subatomiques. C’est inutile de leur demander de le faire. Et encore une fois, le seul moyen de protection juridique est le monde plein d’électeurs que nous n’avons pas encore mais, certainement, que nous allons bientôt avoir. Je pense que ce concours pourrait contenir que les 3 courts paragraphes. Mais, bien sûr, ce n’est que mon opinion personnelle.

    La faute des candidats:

    Plus ou moins la majorité des participants qui ont postulé n’ont pas pris la peine de comprendre les exigences. Ils l’ont compris comme un concours de design ce qui n’était pas le cas. Il ne fallait pas travailler si dur sur le design des personnages. Ils n’avaient pas besoin de créer une merveille réjouissant l’œil. Avec le même succès ils pourraient présenter le document avec toutes les spécifications de la mécanique et des fonctions de personnages, comme décrit en concours, et gagner grâce à la bonne description de toutes les nuances d’animation du personnage.

    Jury:

    Tout est simple. Tout comme les candidats, les membres du jury ont dû lire les exigences et les comprendre. La plupart des gens ne l’ont pas fait. Au lieu de cela, la majeure partie a préféré à juger le concours de design (ce qui encore une fois n’était pas le cas).

    Alors, qui sera pendu et sera sacrifié pour nous améliorer? Où est la célèbre sorcière? Elle n’existe pas. 

    Bien sûr, il y a le mécanisme d’élimination du jury. Collectez des données statistiques et proposez à exclure certains juges qui ont pris des décisions vraiment terribles. Mettez-le au vote. Pour que la communauté décide. 

    C’est mon opinion personnelle. Je le vois ainsi.

    ____________________________________

    Après avoir répondu aux questions ci-dessus je veux rajouter trois commentaires:

    1. Juger est difficile et parfois cela prend plusieurs jours. Quand je dis « jours » je veux dire les jours de travail à plein temps . Pour espérer des résultats de réalisation de ses fonctions à plein temps , il est nécessaire d’augmenter la durée de vote tout comme accroître le nombre des membres de jury. Heureusement ces options existent. Il faut juste s’entraîner. Quant à la prolongation du temps, la responsabilité n’est pas sur les membres de jury mais sur les rédacteurs du concours. Quant au nombre des juges, la communauté a la responsabilité des propositions sur encore une remise en concurrence de la sélection du jury. 
    2. Les gens gagnent et les gens perdent. C’est l’essence de la liberté. Quand 25 % des voix insatisfaites sont plus fortes que 75 % des gagnants, nous, les gens, sommes prompts à nous concentrer sur ceux qui protestent. C’est naturel. Nous sommes comme ça. Je pense que nous sommes tous victimes de notre propre tendance à nous concentrer sur ceux qui se plaignent. Ils attirent notre attention. Et oui, parfois, c’est mérité.

    Y a-t-il une raison de protester ou non, peut-être:

    •  déterminer après l’analyse
    • corriger après, à la suite de suggestion

    3. Si une nouvelle analyse est nécessaire pour aider à résoudre les problèmes avec les gens qui protestent c’est très bien. Cela attire l’attention et il faut le résoudre. Pour cela nous avons la gestion Analytics&Support où sont collectés les faits dont les résultats doivent être présentés objectivement pour que la communauté détermine plus tard s’il y a des raisons de s’indigner. De l’autre côté, si toutes les contestations sont juste des cris et des indignations parce que quelqu’un a perdu – il y a toujours celui qui perd – dans ce cas là nous faisons face aux gens qui sont en colère et veulent accuser les autres. Dans les cas rares, à mon avis, certains participants étaient absolument sûrs qu’ils sont « des génies » et le jury ignoble n’a pas fait attention à leur cadeau à l’humanité. Et de nouveau, nous faisons face aux êtres vivants qui respirent. Nous avons tous des imperfections.

    Conclusion

    Je vous exprime ma propre opinion et suppose que, à l’exception de certains cas, pour le moment la majeure partie des plaintes n’a pas vraiment des bases réelles et ce n’est qu’un avis. Peu de ces situations où le jugement était violé doivent être corrigées.

    22
    2